Financement

Être agriculteur en temps de Covid : aides et impacts

agriculteur covid

Corona Virus, Covid, épidémie…depuis janvier 2020, ces mots résonnent partout en France (et dans le monde) que ce soit à la radio, dans les journaux ou dans nos discussions. Les agriculteurs ont été mis sur le devant de la scène grâce à leur fonction essentielle pour la nation. Mais concrètement, quel a été l’impact pour les agriculteurs au quotidien ? Cette mise en valeur des métiers essentiels a-t-elle été profitable ?

L’impact de Covid sur les prix

Selon une étude Web Agri, l’année 2020 aura été une année moyenne pour un peu plus de 40% des agriculteurs et une mauvaise année pour près de 30% d’entre eux. Autant dire que le bilan n’est pas très positif. En cause, la baisse du prix moyen payé aux agriculteurs, notamment le lait.

Comme on peut le constater sur ce graphique réalisé par Agri Mutuelle, le cours du lait est en baisse en 2020 par rapport à 2019 depuis le début de la crise sanitaire.

cours laitGlobalement les éleveurs bovins regrettent une baisse du prix d’achat de leur viande qui ne couvre pour certains pas leur coûts de production.

La Fédération Nationale Bovine a demandé, à travers une lettre ouverte au ministre de l’agriculture “d’instaurer, pendant toute la période d’état d’urgence sanitaire, un prix minimal payé aux éleveurs à hauteur de leur coût de production”.

Les restaurants fermés entraînent également un déséquilibre de matière. Par exemple, si la demande de steaks hachés est en hausse, les pièces nobles comme l’entrecôte peinent à être écoulées.

Les aides pour les agriculteurs en temps de Covid

A ce jour, 7.6% des agriculteurs ont sollicité une aide pendant la période de Covid-19. En effet, le gouvernement a mis en place plusieurs dispositifs d’aides pour aider les exploitants agricoles à traverser cette période de crise. On trouve : 

  • Report des charges :  il est possible de demander un report de ses charges auprès de la MSA pour les charges sociales ou auprès de son ou ses fournisseurs pour le gaz et l’électricité.
  • Délai de paiement : il est possible de demander un délai pour le versement de ses impôts voire une remise en saisissant la CCSF(Commission départementale des Chefs des Services Financiers)
  • Prêts garantis par l’Etat : pour les exploitants en difficulté de trésorerie, l’Etat se porte garant à 90% pour un crédit de l’ordre de 25% du chiffre d’affaires généré en 2019 à des taux réduits.
  • Le fond de solidarité : concerne les exploitations de moins de 10 salariés ayant accusé une perte d’au moins 50% de leur chiffre d’affaires. Le montant de l’aide peut aller jusqu’à 1 500 €
  • Le chômage partiel pour ses salariés : dans le cas où l’exploitant ne pourrait plus assurer le salaire de son ou ses salariés agricole, l’Etat a mis en place un dispositif de chômage partiel. Il faudra avancer une indemnité de 70% du salaire brut avant d’être remboursé à 100% par l’Etat.

🐮 A noter : Le 10 décembre 2020, le ministre de l’agriculture Olivier de Normandie a annoncé débloquer une aide de 10,2 millions d’euros afin de soutenir les établissements techniques agricoles. Une bonne nouvelle pour la formation agricole.

Agriculteur et restriction de déplacement

Évidemment, les agriculteurs disposent d’une dérogation pour se déplacer dans le cadre de leur travail. Ainsi, il est tout à fait possible de sortir après 18 heures, il suffira pour les exploitants et les salariés agricoles de se munir d’une attestation de déplacement professionnelle ainsi qu’un justificatif attestant de sa qualité d’agriculteur. Le chef d’exploitation doit délivrer à ses salariés une attestation dont voici un modèle à télécharger en cliquant ici.