Bio

Vendre sa viande en circuit court : comment faire ?

vente viande circuit court

70% des français souhaitent consommer local et aider les producteurs, pourtant seuls 20% des agriculteurs vendent en circuits courts ce qui représente à peine 10% de la consommation alimentaire totale. C’est donc une opportunité pour les éleveurs de vendre en direct leur production pour éviter la pression sur les prix des grandes surfaces et des multiples intermédiaires.

Les prérequis pour vendre sa viande en circuit court

Si la vente en circuit court fait rêver nombre d’agriculteurs, elle n’est pourtant pas donnée à tout le monde. En effet, il s’agit d’un nouveau métier à apprendre qui nécessite ces prérequis : 

  • Fibre commerciale : attention à la clientèle, mise en avant de ses produits
  • Rigueur : gestion des commandes, des livraisons, des relances…
  • Législative : connaître toute la réglementation et les normes encadrant la vente de denrées alimentaire
  • Technologique : savoir se servir de l’outil Internet pour la gestion de son nouveau commerce.

Le projet de vente en circuit court

Le projet de vente de viande en circuit court ne se fait pas du jour au lendemain. Il doit être pensé et réfléchi longuement puisqu’il implique de nombreux changements. Au delà des prérequis à avoir, il est important de monter un réel business plan et de se poser les bonnes questions : 

  • Ai-je assez de temps pour ce mode de vente ou bien suis-je prêt à embaucher quelqu’un pour s’en charger ?
  • Comment vais-je démarcher ma clientèle ? 
  • Quels circuits de commercialisation vais-je privilégier ?
  • Quelle gamme de produits vais-je commercialiser ?
  • Quelle est la concurrence autour de ma zone ? Comment m’en démarquer ?
  • Pour quel système de production-transformation vais-je opter ?
  • Ai-je les finances pour mener à bien ce projet ?
  • Puis-je concilier ce projet avec ma vie de famille ?

 

Il faudra également vous interroger sur vos réelles motivations. 90% des éleveurs se lançant dans ce mode de distribution invoquent des raisons financières mais attention, s’il s’agit de l’unique motivation, elle peut être déceptive. En effet, ce projet va demander un investissement personnel et financier important, notamment au début. La reconnaissance du travail et le contact direct avec la clientèle sont des motivations qui doivent faire également partie intégrante de ce projet.

La transformation de la viande

Généralement, les éleveurs qui se sont lancés en circuits courts commercialisent du bœuf et du veau. Ils peuvent vendre tout ou partie de leurs animaux en circuit court. 

Pour la production, il faut néanmoins qu’ils passent par des étapes notamment d’abattages, de découpe et de transformation via des ateliers.

Si l’abattage doit être géré uniquement par des centres agrées, pour les ateliers de découpe et de transformation il existe plusieurs solutions : 

  • Investir à titre individuel
  • Sous traiter à un atelier
  • Passer par un atelier collectif

En fonction de sa capacité d’investissement et de son temps alloué à ce projet, chaque agriculteur pourra donc trouver le mode de fonctionnement qui lui convient le mieux.

Les modes de distribution

La vente de viande en circuit court peut prendre différentes forme et notamment en vente directe ou indirecte. Pour la vente indirecte, il ne peut en revanche n’y avoir qu’un seul intermédiaire entre le producteur et le consommateur. Voici un résumé des modes de distribution : 

 

Vente directe Vente indirecte
Vente à la ferme À des artisan boucher
En panier AMAP À des restaurateurs
Sur les marchés À des restaurations commerciales ou collectives
En livraison À des GMS et supermarchés et autres commerces de bouche

 

Si vous êtes tentés par l’aventure de vente en circuit court nous vous encourageons et si vous avez besoin de financement pour votre projet, n’hésitez pas à nous contacter !