Fin de carrière

La retraite des agriculteurs : ce que vous devez savoir

retraite agriculteur

La retraite est un sujet que l’on repousse d’un revers de la main pendant un temps jusqu’à ce que l’on s’en rapproche. Comme tout un chacun, les agriculteurs ont eux aussi droit à une retraite et il vaut mieux la comprendre le plus tôt possible pour éviter les mauvaises surprises : vous pouvez même commencer à vous renseigner dès votre formation au métier d’agriculteur. La retraite des Non Salariés Agricoles est gérée par la MSA (Mutuelle Sociale Agricole). CowGestion fait le point pour vous pour comprendre comment fonctionne cette retraite pour les exploitants agricoles.

Quand est-ce qu’un agriculteur peut partir à la retraite ?

L’âge légal minimum pour partir à la retraite est de 62 ans. Cet âge permet d’avoir accès à une pension même si le nombre de trimestres n’est pas acquis.

Pour obtenir sa retraite à taux plein, il faudra attendre 67 ans dans le cas où le nombre de trimestres ne serait pas acquis.Très peu d’agriculteurs travaillent jusqu’à 67 ans, la moyenne de départ à la retraite se situant à 62 ans et 9 mois.

Pour profiter du taux plein avant 67 ans, il faut avoir travaillé un nombre de trimestres défini selon son année de naissance. Voici pour rappel des chiffres issus du site du Service Public :

Année de naissance Nombre de trimestre Correspondance en année
1953 165 41 ans et 3 mois
1954 165 41 ans et 3 mois
1955 166 41 ans et 6 mois
1956/57 166 41 ans et 6 mois
1958/59/60 167 41 ans et 9 mois
1961/62/63 168 42 ans
1964/65/66 169 42 ans et 3 mois
1967/68/69 170 42 ans et 6 mois
1970/71/72 171 42 ans et 9 mois
+1973 172 43 ans

Bon à savoir : à la MSA, il est possible de racheter jusqu’à 12 trimestres au titre d’années d’études ou d’aide familiale (dans le cas où vous travaillez sur l’exploitation familiale sans cotiser par exemple).

Comment fonctionne la retraite d’un agriculteur ?

Le retraite d’un agriculteur est composée en trois parties : 

  • La retraite de base qui correspond à un montant forfaitaire gérée par la MSA;
  • La retraite proportionnelle fonctionnant avec un système de points gérée par la MSA;
  • La retraite complémentaire fonctionnant avec un système de points géré par l’Agirc-Arrco.

En 2020, le montant de la retraite forfaitaire a été revu à la hausse et est passé à 3 410,42 € par an, soit 280,2 € mensuel. C’est une retraite de droit, accessible à partir de 62 ans. 

La retraite proportionnelle, quant à elle va dépendre du nombre de points acquis et donc de votre durée de cotisation. Vous pouvez vous rendre sur votre compte MSA pour connaître le montant de vos points.

Au moment de votre retraite vos points seront multipliés par leur valeur et proratisés avec votre durée de cotisation (dont le minimum légal variera selon votre année de naissance).

Aujourd’hui, pour vous donner un ordre d’idée, un point vaut 4,008€.

La retraite complémentaire, devenue obligatoire, permet de compléter votre retraite suite à vos cotisations. Sur le même fonctionnement que la retraite proportionnelle, la retraite complémentaire agricole va se calculer sur système de points acquis durant ses années de cotisation.

Pour connaître le montant de sa pension, il faudra alors effectuer ce simple calcul à ajouter à ses pensions de base et proportionnelle : 

Nombre de points x valeur d’un point.

Bon à savoir : Si l’agriculteur reçoit une pension trop faible, un mécanisme de revalorisation des petites retraites existe pour obtenir 75% du SMIC sous conditions.

Si vous êtes en train de prévoir votre retraite, l’idéal est d’anticiper au maximum et de prendre rendez-vous auprès de votre MSA pour connaître vos droits et calculer vos trimestres restant pour toucher la meilleure pension possible.

🐮 L’astuce CowGestion

En anticipant la fin de votre activité, diminuez l’assiette taxable en cas de transmission de votre exploitation (plus-value sur la vente ou les  droits de succession) et libérez des capitaux avant la fin de votre retraite afin de réaliser vos projets personnels ! 

Lors de la reprise, le troupeau reste sur l’exploitation et le contrat de location est transféré au repreneur, sans frais supplémentaire. Ce dernier pourra racheter le cheptel progressivement. Cette solution permet une transmission moins onéreuse pour les deux parties. 

Intéressé(e) ? Contactez-nous ici !